Un crédit gratuit désigne la situation selon laquelle un commerçant vous propose de payer un achat en plusieurs fois sans avoir à débourser de frais supplémentaires. Le commerçant avance ainsi la somme nécessaire vis-à-vis de l'achat que vous projetez de réaliser sans vous faire payer les intérêts qui vont s'ajouter sur la somme qu'il va vous avancer.

En réalité, ce type de crédit n'est pas gratuit dans la mesure où le commerçant va tout de même payer les intérêts, que ce soit le commerçant lui-même directement ou par l'intermédiaire de l'établissement qui délivre cette offre de financement. Cela représente donc un coût supplémentaire pour le commerçant qui compense ce coût par la possibilité de vendre plus rapidement que si cette possibilité n'était pas offerte au client. Le client est donc gagnant sur toute la ligne, car il peut acheter plus rapidement son produit sans que cela ne lui coûte de frais supplémentaires.

La réglementation du crédit gratuit

Lorsque ce crédit est inférieur ou égal à 3 mois, il n'est pas soumis au code de la consommation, on parle alors d'un crédit "trois fois sans frais". Ce crédit n'est d'ailleurs pas un crédit à la consommation à proprement parler.

Si le crédit est supérieur à 3 mois, alors il est soumis à la réglementation relative aux crédits à la consommation classiques. Cela passe par l'établissement d'une fiche pré-contractuelle et la délivrance d'un contrat qui doit être signé par les deux parties : le client et l'établissement de crédit. Le délai de rétraction est de 14 jours comme cela est prévu par la loi.

Il est indispensable de bien comprendre la différence entre un crédit gratuit et un crédit payant délivré par exemple par une banque en ligne. Ouvrir un compte bancaire ING Direct, un compte en ligne Fortuneo ou encore ouvrir un compte Boursorama Banque peut ainsi vous permettre de faire un crédit payant, c’est-à-dire un crédit sur lequel vous payerez des intérêts que la banque va encaisser pour se rémunérer. Vous trouverez, au-delà des crédits, d’autres produits proposés par les banques en ligne, comme par exemple l’assurance habitation.